La chambre et la gonflette

Partagez ;-)
Rendez vous était donné à 9h00 . David, Julien (Mac Gyver), Stéphane, Joachim et moi même étions à l’heure. Et qui voila arrivés vers 9h20 : notre Sydney National en compagnie de Anelise. Notre valeureux chevalier blanc a décidé de perdre quelques minutes pour monter Anelise et son vtt dans sa voiture. D’où le retard de 10’.
9h25 : départ dans une brûme matinale ensoleillée à 9°c.
Le train est tranquile mais les consignes données au départ ( monter les cotes en position assise quelque soit la difficulté de ces dernières ) vont, au fil des kilomètres, en faire rougir certains. Mais dans l’ensemble tout se passe bien exceptée une petite chute à l’arrêt de notre australien de choc ( Sydney le bien nommé ). En effet il vient de s’équiper de pédales automatiques et de chaussures adéquates. Malheureusement, tout débutant qu’il est, il n’est pas encore habitué à déclipser ses nouvelles chaussures.
Et puis au km 17 : 1e problème. Le cintre de Joachim se desserre. Mais il n’a pas de clés alène. Heureusement le coach a ce qu’il faut. Réparation effectuée, nous repartons.
Et puis au km 19 : 2e problème. Crevaison de la roue avant de Joachim. Mais Joachim n’a pas de chambre à air, ni de démonte pneus, ni de pompe. Heureusement, David lui prête une chambre et le coach improvise une petite séquence technique de réparation de pneu. Du coup, Joachim est bon pour racheter une chambre à air VTT à David ( grande valve shrader).Réparation effectuée, nous repartons.
Et puis au km 22 : 3e problème. Crevaison de la roue arrière de Joachim. Et comme vous le savez Joachim … . Heureusement, le coach lui prête une chambre à air. Mais problème surprise : le serrage de la roue arrière nécessite une clé plate que nous n’avons pas. Heureusement, notre Mac Giver national, je vous présente Julien, a tout ce qu’il faut dans sac camelback. Notamment une pince plate. Sauvés! Du coup, Joachim est bon pour racheter une chambre à air VTT au coach ( petite valve presta ). Réparation effectuée, nous repartons.
Mais là, comme nous sommes très en retard, j’annonce que l’on va rouler un peu plus vite sur les 5 derniers kilomètres. Du coup Sydney engouffre une barre chocolat blanc surdimensionnée ( faisant saliver chacun d’entre nous ) et démarre tel un coup de pétard. Je pense qu’il a dû réaliser les km de retour à 250 puls/min. Comme quoi, s’il le veut vraiment ….
En conclusion j’espère que les triathlètes présents ce matin ont pris plaisir. En tout cas nous avons bien rigolé et pas mal chambré ( c’est le cas de le dire… ). On dira que ce fût le baptème vtt de Joachim. J’espère à présent qu’il va s’équiper en matos de réparation ( je vais apporter quelques précisions par la suite ), qu’il va commander un vtt au père noël ( le sien étant vraiment obsolète ) et qu’il saura réparer en cas de crevaison.
Bilan : Il faut vraiment, si ce n’est pas encore fait,  que chacun d’entre vous s’équipe en matériel de réparation ( surtout à vtt ) à savoir, que ce soit à VTT ou à VELO DE ROUTE :
  • Une sacoche pour le vélo et une pour le vtt afin de contenir tout votre matériel
  • 2 chambres à air ( attention à la dimension du trou de vos jantes qui détermine la valve à choisir )
  • 2 démontes pneus ( les meilleurs sont les michelins de couleur jaune mais difficile à trouver )
  • Un jeu de clés alène ( au cas où un élément de votre vélo se desserre )
  • Une pompe compatible avec la valve de vos chambre à air ( le mieux est de prendre une pompe compatible pour les 2 types de valves ).
  • En plus si vous pouvez : un dérive chaine et un jeu de rustines avec de la colle car si vous crevez une 3e fois… )

Voilà ce que l’on peut dire de cette sortie qui aura été très instructive, je pense. Allez Joachim, c’est pas grave. Sache que c’est par l’erreur et dans l’échec que l’on progresse ( parole de ton vieux prof d’EPS ).

Mick The Coach.